Qui sommes-nous? Cap-Sizun Douarnenez Pont-l'Abbé Quimper Briec Chateaulin Crozon Fouesnant Concarneau Quimperlé Ailleurs... Contact
Cornouaille Écologie
Circulation. Comment prendre un rond-point à vélo ?
Le Télégramme 28 mars 2019
mis en ligne le 29/03/19 par Reunig Kozh

L’accident dont a été victime l’élu vert Daniel Le Bigot, le week-end dernier, met en lumière la vulnérabilité des cyclistes sur les ronds-points quimpérois. Comment les prendre ? Quelles seraient les améliorations à apporter ? Éléments de réponse.

C’est un fait, les principaux ronds-points quimpérois n’incitent pas vraiment les cyclistes à les emprunter. Car, et c’est une vraie particularité, ils sont grands. Très grands même. Cinq d’entre eux disposent d’anneaux de plus de 12 mètres. Ce qui induit une vitesse plus grande qu’ailleurs.

Or, selon une étude du Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement (Cerema, établissement public sous la tutelle conjointe du ministre de la Transition écologique et solidaire, et du ministre de la Cohésion des territoires), les conditions les plus favorables pour la sécurité des cyclistes sont assurées par des giratoires avec les rayons les plus faibles possible, dotés d’une seule voie d’accès et de sortie, et avec une déflexion de trajectoire suffisante pour éviter les trajectoires directes des véhicules.

Il faut s’armer de courage

Autrement dit, les principaux ronds-points quimpérois ne sont guère adaptés aux cyclistes. Tout sauf une surprise. Rien n’interdit pourtant de les emprunter, mais il faut s’armer de courage.

Encore très marqué par son accident sur le giratoire d’Ergué-Armel, Daniel Le Bigot a fait savoir qu’il allait interpeller le Département. « En tant que gestionnaire, il doit en assurer la sécurité, or celle du cycliste ne l’est pas. Si tu ne prends pas la première sortie, tu ne sais pas vraiment où te mettre. Dans l’anneau intérieur ou au plus près de la bordure à droite, tu n’es jamais protégé. Et pourtant j’avais la main levée ».

Prendre un rond-point à vélo figure rarement au menu de l’apprentissage du jeune cycliste. Le Plan vélo national y remédiera peut-être à partir de 2023, des modules de formation dès l’école primaire étant évoqués.

Rester à droite ou aller au centre ?

Alors que faire dans un rond-point ? Rester à droite, comme le font par réflexe les cyclistes les moins aguerris ? « Une fausse bonne idée, on reste dans l’angle mort des voitures, le cycliste est moins visible », assure Éric Brouwer, militant de Kernavelo.

Le bon comportement serait de se placer au milieu de la chaussée. Prendre la place d’un véhicule en fait, ce que l’on conseille d’ailleurs à ceux qui passent leur permis moto. C’est la place qui permettrait d’être mieux perçu par les usagers. Elle limiterait les risques de dépassement et de cisaillement par les véhicules en sortie de l’anneau.

Seulement voilà, ce conseil s’applique surtout pour les giratoires de taille moyenne. « Il faudrait que le cycliste se comporte comme s’il allait faire trois quarts de tour, résume Lætitia Bideau, de l’association Kernavelo et cycliste quotidienne. Moi, je ne le ferais pas avec mon vélo qui tire une charrette dans laquelle se trouve mon enfant. Vous m’imaginez au rond-point de l’Eau blanche ? Ah non, je tiens à la vie ».
À liresur le sujetVélo. « Les ronds-points, c’est toujours la hantise »

Kernavelo pour un marquage au sol

Que préconise l’association ? Une solution à moindre coût : un marquage au sol afin de matérialiser des couloirs sur le giratoire. Et Éric Brouwer de prendre en exemple nos cousins anglais, qui peignent sur l’extérieur de l’anneau la trajectoire des cyclistes. « Avec nos grands ronds-points, il est possible de faire deux bandes extérieures, une pour les cyclistes qui restent sur le giratoire, une pour ceux qui sortent. Et le conducteur se rend compte qu’il coupe quelque chose en sortant ».

« La bande et le pictogramme cycliste leur rappelleraient qu’ils ne sont pas seuls sur la route », confirme Lætitia Bideau, qui voit également d’un bon œil l’expérimentation actuelle au rond-point de Kerustum. « Quand on laisse deux voies de sortie, on incite les conducteurs à ne pas respecter le Code de la route ».

Des aménagements à l’Eau Blanche et Lebon

Reste que la bande cyclable est considérée comme « inappropriée » pour les giratoires de grande taille, selon le Cerema. D’après l’organisme, c’est la piste, séparée de la chaussée et contiguë au cheminement piéton, qui répond le mieux aux attentes des cyclistes.

À noter que la Ville de Quimper, qui devrait bientôt annoncer son plan de circulation douce en ville, a deux projets de réaménagement sur les giratoires de l’Eau-blanche et Le Bon pour un cheminement mixte. À l’Eau-blanche, ce déplacement assurera la liaison interquartiers entre Kerlaëron et Kervir. Et une piste cyclable bidirectionnelle sera aménagée entre les ronds-points Lebon et du Rouillen en partenariat avec la commune d’Ergué-Gabéric et le Département.

Voir en ligne : https://www.letelegramme.fr/finiste...

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Agenda
SPIP | Se connecter | Suivre la vie du site RSS 2.0