Qui sommes-nous? Cap-Sizun Douarnenez Pont-l'Abbé Quimper Briec Chateaulin Crozon Fouesnant Concarneau Quimperlé Ailleurs... Contact
Cornouaille Écologie
Plage du Ris. Quel partage des responsabilités ?
Le Télégramme 30 mai 2019
mis en ligne le 30/05/19 par Reunig Kozh

Le vice-président de Quimper Bretagne Occidentale Jean-Paul Cozien rencontrera, vendredi 31 mai, les élus du pays de Douarnenez pour discuter des pollutions sur le bassin-versant du Ris. « Nous serons solidaires, mais nous n’avons pas repéré de dysfonctionnement sur notre territoire », prévient-il. Une mobilisation contre les pollutions aquatiques aura lieu, ce jeudi 30 mai, à La Torche.

Depuis l’annonce de la fermeture de la plage du Ris à Douarnenez en janvier, officialisée par un arrêté de la préfecture en mars, l’origine et le traitement des sources de pollution, agitent les élus et la population locale. Rapidement, la municipalité de Douarnenez a porté ses regards vers le haut du bassin-versant de la rivière, qui dépend de la communauté d’agglomération de Quimper.

80 % de la surface sur QBO

Le bassin-versant du Ris concerne six communes : Douarnenez, Kerlaz, Le Juch en aval, sur le pays de Douarnenez mais aussi Locronan, Plogonnec et Guengat, trois communes de l’agglomération quimpéroise situées en amont. Il s’étend sur 3 900 hectares et compte près de 29 km de cours d’eau (le Nevet, le Keratry, le Kervouster, le Crinquillic, etc.) qui se réunissent sur le cours principal du Ris. Près de 80 % de la surface du bassin-versant se trouve sur le territoire de Quimper Bretagne Occidentale (QBO), la plus grande partie se trouve sur Plogonnec.

« Nous serons virulents s’il le faut »

« Il est hors de question que seul Douarnenez paye pour les 97 % de responsabilités qui viennent d’ailleurs. Il est temps que QBO assume. Nous serons virulents s’il le faut », avait déclaré le maire de Douarnenez, le 16 mai, lors d’un conseil municipal. François Cadic estime que les trois communes de QBO « ne sont pas vraiment conscientes des conséquences de la pollution car elles ne sont pas impactées ».

Soumis à forte pression, les élus douarnenistes demandent donc des comptes à leurs voisins du pays de Quimper. Il aura fallu attendre cette fin du mois de mai pour qu’une rencontre soit enfin organisée. Jean-Paul Cozien, vice-président de QBO en particulier délégué à l’eau et l’assainissement, à la gestion des milieux aquatiques et la prévention des inondations, se déplacera à Douarnenez, ce vendredi 31 mai, pour échanger avec ses collègues. La question des contrôles dans les trois communes sera posée.

« Nous serons solidaires, mais… »

« Nous serons solidaires, mais nous n’avons pas repéré de dysfonctionnement sur notre territoire qui explique la pollution du Ris », prévient Jean-Paul Cozien. L’élu arrive sur la défensive. « Cela fait six mois que j’entends des accusations par exemple des installations d’assainissement non conformes. Mais jusqu’à présent personne n’est venu vers nous. S’il y avait un problème en amont du bassin-versant, il fallait nous dire où et nous l’aurions traité. Car nous nous sommes prêts à participer », soutient-il.

Jean-Paul Cozien semble douter que le problème vienne de Plogonnec, Guengat ou Locronan. « J’ai regardé le diagnostic du SPANC (*), relate-t-il. Objectivement, les quelques dysfonctionnements constatés ne peuvent expliquer la pollution du Ris. D’autant plus qu’un système peut être non conforme sans être pour autant polluant. Nous allons partager nos informations avec les collègues douarnenistes et ensuite voir un plan d’action. Mais sauf découverte désagréable je ne pense pas que la contribution de QBO va régler le problème ».

Origine bovine

La contamination des eaux devant la plage semble pourtant identifiée depuis des années. Une étude commandée par le Parc marin d’Iroise au laboratoire Labocea, en 2014, a mis en évidence trois types de contamination. Elle est en majorité d’origine bovine et en second lieu d’origine humaine et porcine. Les investigations menées par l’Établissement public de gestion et d’aménagement de la baie de Douarnenez (Epab) ont apporté des précisions : 50 % d’origine bovine avérée, 40 % d’origine humaine et le reste, d’origine porcine et aviaire. Or les effectifs bovins sont majoritairement présents sur Plogonnec. Les pratiques agricoles ont pourtant beaucoup évolué. Les taux de nitrates dans les eaux douces ont d’ailleurs baissé de 35 à 28 mg/an entre 2003 et 2017.

(*) Le service public d’assainissement non-collectif chargé de conseiller et accompagner les particuliers dans la mise en place de leur installation d’assainissement non collectif et de contrôler ensuite les installations.

Voir en ligne : https://www.letelegramme.fr/finiste...

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Agenda
SPIP | Se connecter | Suivre la vie du site RSS 2.0