Qui sommes-nous? Cap-Sizun Douarnenez Pont-l'Abbé Quimper Briec Chateaulin Crozon Fouesnant Concarneau Quimperlé Ailleurs... Contact
Cornouaille Écologie
A EELV, quatre nuances de Verts s’affrontent
Le Monde Par Abel Mestre Publié le 11 octobre 2019
mis en ligne le 16/11/19 par Reunig Kozh

Quatre motions devaient être déposées vendredi en vue du congrès d’Europe Ecologie-les Verts. Objectif : conduire le parti à la présidentielle de 2022 autour de Yannick Jadot.

C’est un moment charnière pour Europe Ecologie-Les Verts (EELV). Un moment qui dira si la formation écologiste passe enfin à la maturité politique. Pour cela, il lui faudra tourner définitivement la page des luttes intestines et devenir un véritable parti de gouvernement. Mais aussi une écurie présidentielle dans la perspective de l’élection de 2022.

Vendredi 11 octobre, les « motions d’orientation en vue du congrès » devaient être déposées. C’est sur la base de ces documents que les près de 8 000 adhérents d’EELV se prononceront pour élire leur future direction, qui sera officiellement désignée fin novembre, lors du congrès, à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis).

Querelles de personnes

Durant son mandat de trois ans, la nouvelle équipe dirigeante − David Cormand, le secrétaire national sortant, ne se représente pas – aura la lourde tâche de préparer les élections municipales de mars 2020, les régionales et les départementales de 2021 et d’installer Yannick Jadot en candidat crédible pour succéder à Emmanuel Macron à l’Elysée. Le programme est donc chargé.

Pendant plusieurs semaines, une « motion de synthèse » était envisagée dès le premier tour pour montrer l’unité (enfin trouvée) des écologistes. Las ! Les querelles de personnes auront eu raison de cette utopie.

Le congrès verra donc s’affronter quatre textes. Celui de la direction sortante, « L’Ecologie au pouvoir, grandir ensemble pour gagner enfin », porté notamment par les porte-parole Julien Bayou et Sandra Regol et soutenu par David Cormand. La motion de l’ancienne députée de l’Essonne Eva Sas, « Le Temps de l’écologie ». Et deux contributions plus marquées à gauche, « Le Souffle de l’écologie » du secrétaire national adjoint Alain Coulombel et « Démocratie écolo » de Philippe Stanisière (membre du bureau exécutif) et Christine Juste, qui était sur la liste EELV aux européennes de mai.
Un parti « capable d’exercer le pouvoir »

Difficile pour le béotien de faire la différence, dans le fond des propositions, entre les deux premières motions. Toutes deux veulent faire de l’écologie politique « le nouveau paradigme » autour duquel doit se restructurer l’opposition. Pour les deux textes, l’heure n’est pas à la recomposition de la gauche, il s’agit de redéfinir un corpus idéologique pour construire un parti « capable d’exercer le pouvoir ». Et bienvenue aux formations « écolo-compatibles » pour de futures alliances.

« Il n’y a pas de grandes différences avec le texte d’Eva Sas, concède Julien Bayou. Cela a achoppé sur les noms pour le poste de secrétaire national. Elle n’a pas voulu discuter d’une motion de synthèse dès le premier tour. » Eva Sas complète : « On cherchera les conditions d’une synthèse générale de second tour, avec tout le monde. »

Pour se différencier, Eva Sas met en avant son expérience de parlementaire, et son expertise sur les questions budgétaires. « On doit travailler sur le fond des dossiers, le programme. On propose, par exemple, un contre-gouvernement. Il faut reconstruire l’appareil théorique des écolos en étant en lien avec des intellectuels. »

Beaucoup voient la motion d’Eva Sas comme celle, en sous-main, de Yannick Jadot. Ce dernier ne cache pas qu’il trouve le binôme Bayou-Regol trop à gauche. M. Jadot veut, en effet, séduire un électorat venant de La République en marche. Pas question, donc, d’effrayer les déçus du macronisme.

Rassembleur

De son côté, Eva Sas souligne sa « relation de confiance avec Yannick » : « C’est un point positif. Je l’ai toujours soutenu. » Mais elle revendique poliment ses nuances. « On est complémentaires car j’ai une fibre plus sociale », continue celle qui estime que l’écologie « est incompatible avec le libéralisme ».

Officiellement, pas question pour le député européen dont la liste a recueilli plus de 13,5 % des suffrages aux élections de mai, de se prononcer : il doit apparaître comme le rassembleur. « Je ne signerai aucune motion. Ma responsabilité est que le parti reste uni autour de la ligne que je défends : recomposer le paysage politique autour de l’écologie et nous dépasser pour construire un grand rassemblement écologique et social », résume M. Jadot. Son entourage insiste sur le fait que « certains soutiennent la ligne de Yannick depuis longtemps, comme la liste Sas. Il a de la sympathie pour eux mais il ne les soutiendra pas officiellement. »

Dans ce contexte, difficile pour les deux autres listes d’exister. Le texte d’Alain Coulombel – signé par deux figures des Verts, Yves Cochet et Alain Lipietz – défend notamment la « construction d’un espace politique avec une partie de la gauche qui est en voie d’écologisation » ; comprendre la gauche « non productiviste » comme Génération.s, Nouvelle Donne ou Place publique, voire La France insoumise.

Philippe Stanisière, lui, revendique « représenter la gauche du parti ». Le texte qu’il présente veut, entre autres, « renouer avec l’écologie populaire » mais aussi donner une « perspective » face à « l’effondrement » de la planète. M. Stanisière prône aussi une « écologie plurielle ». « D’autres partis peuvent nous rejoindre. Mais rien n’est possible avec la gauche productiviste comme le PS ou le PCF », prévient-il. Une chose est sûre : avant de vouloir rassembler l’opposition, EELV doit d’abord se rassembler elle-même.

Abel Mestre

Voir en ligne : https://www.lemonde.fr/politique/ar...

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Agenda
SPIP | Se connecter | Suivre la vie du site RSS 2.0