Qui sommes-nous? Cap-Sizun Douarnenez Pont-l'Abbé Quimper Briec Chateaulin Crozon Fouesnant Concarneau Quimperlé Ailleurs... Contact
Cornouaille Écologie
Signalétique bilingue. Anne Gouerou tacle Bernard Poignant
Le Télégramme 7 avril 2018
mis en ligne le 07/04/18 par Reunig Kozh

Suite au commentaire de Bernard Poignant sur la signalétique bilingue (Le Télégramme de jeudi), Anne Gouerou, conseillère municipale écologiste à Quimper, réagit. L’ancien député maire proposait notamment un bilinguisme dans les deux sens dans la signalétique, c’est-à-dire outre la traduction en breton des noms français, la traduction en français des noms bretons pour enrichir le sens de la toponymie.

« Le nom d’un lieu est un concentré d’identité. C’est par la toponymie que chaque lieu est rattaché, par la langue, à des caractéristiques physiques, à l’histoire, aux croyances, aux personnes... La spécificité d’une identité culturelle s’y exprime donc pleinement. Est-ce cela qui chagrine l’ancien député-maire de "Quimper", lui qui se verrait bien devenir citoyen de "Confluent" ?
En voilà une belle occasion pour jeter "Kemper" et son "K" dans les eaux mêlées de l’Odet et du Steir ! ».

« Les conquérants ont toujours chercher à imposer les noms »

« L’histoire nous enseigne que les conquérants ont toujours cherché à imposer les noms et écritures de leur choix aux pays, villes, peuples, montagnes, rivières et plaines qu’ils colonisaient ou dominaient. En Bretagne bretonnante, le processus de conquête linguistique, douloureusement subi par nos aînés, est quasiment achevé. Enfin, pas tout à fait, puisque la toponymie (entre autres) ose encore faire de la résistance... Il s’agirait donc pour Bernard Poignant de passer à l’étape suivante : traduire l’ensemble des toponymes bretons en français. "Ker Radeneg" deviendrait la "Maison des Fougères" et "Kerfeunteun" serait "Le village de la Fontaine". Bon prince, il laisserait sans doute le nom original, en petit italique, dessous. Et ce nom, considéré comme inutile dans une société massivement francophone, ne serait plus ni lu, ni prononcé, propulsant la langue bretonne dans les poubelles de l’histoire... ».

Et pourquoi pas « Junction » ?

« C’est vrai, beaucoup de Bretons prononcent les noms de lieux en langue bretonne sans les comprendre. En Français aussi, qui sait ce que signifie Clichy ou Evry ? Mais, au lieu d’enlever brutalement ces mots de nos bouches, il existe une méthode plus douce et plus riche : enseigner le breton ! Et généraliser son initiation comme l’apprentissage de l’histoire de la Bretagne dans l’ensemble de nos écoles. Ainsi, à la confluence des mots, tout le monde apprendrait que "Quimper" vient de "Kemper" et que c’est donc un "Q" qui a été mis à la place d’un "K"... Ceci dit, pour céder à la logique de la domination linguistique, on pourrait aussi baptiser notre ville "Junction". English is the future ! ».

Voir en ligne : http://www.letelegramme.fr/finister...

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Agenda
SPIP | squelette | Se connecter | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0