Qui sommes-nous? Cap-Sizun Douarnenez Pont-l'Abbé Quimper Briec Chateaulin Crozon Fouesnant Concarneau Quimperlé Ailleurs... Contact
Cornouaille Écologie
Agriculture. Ils militent pour allier économie et écologie
Le Télégramme 8/2/2019
mis en ligne le 08/02/19 par Reunig Kozh

Des responsables d’associations réclament au préfet du Finistère un meilleur dialogue pour permettre aux agriculteurs de rester compétitifs sans détériorer l’environnement. Ils lui ont déposé, ce vendredi, à Quimper, une liste de plus de 4 000 signataires inscrits dans une cyberaction en ce sens.

Ce n’est pas un fait nouveau, mais les pollutions d’origine agricole continuent à inquiéter les associations de défense de l’environnement en Finistère : marées vertes, excès de nitrate dans l’eau, dépassement des normes en pesticides, pollution bactériologique des zones de baignade. Ces situations peuvent mener à des réponses drastiques comme la fermeture de la plage du Ris à Douarnenez déplorée par riverains et surfeurs.

Ce vendredi, un groupe de responsables de diverses associations a déposé en préfecture, à Quimper, une liste de plus de 4 000 signataires inscrits dans une cyberaction en ce sens. Ils demandent au préfet d’organiser une réunion entre toutes les parties concernées pour « essayer de trouver ensemble une solution qui permette aux exploitations d’assurer leur survie économique, en respectant l’environnement, la santé des personnes et la demande des consommateurs pour des produits de haute qualité environnementale », explique Jean Hascoët, président de l’association Baie de Douarnenez Environnement.

Porcherie de Plonévez-Porzay

Les signataires protestent contre le projet d’extension d’une porcherie située à Plonévez-Porzay. Ils souhaiteraient que le préfet n’accorde pas son autorisation. L’exploitation agricole Colin élève actuellement 39 vaches laitières et produit 1 485 porcs charcutiers par an. L’agriculteur souhaite abandonner l’activité lait et augmenter l’élevage porcin à 4 100 bêtes par an. « Il y aura donc 2 330 tonnes de lisier de porcs en plus des 1 270 tonnes actuelles, soit un total de 3 600 tonnes représentant 15 tonnes d’azote soit environ 5 tonnes d’azote en plus par an que la situation antérieure », détaille, dans un communiqué, Nicole Le Gall, représentante d’Eau et Rivière de Bretagne à la Commission locale de l’Eau.

« C’est une nouvelle étape dans l’intensification porcine, qui a énormément d’impact sur l’environnement. Ici, il s’agit d’une affaire qui concerne pour l’exploitation elle-même la baie de Douarnenez, mais le plan d’épandage (348 ha), lui, s’étend sur trois communautés de communes Quimper, Châteaulin, Douarnenez », pointe Jean Hascoët. La majorité des déchets organiques sont épandus directement en agriculture. Ces épandages peuvent avoir des effets positifs pour les sols, mais également négatifs du point de vue sanitaire et environnemental.

À liresur le sujet
La plage du Ris jugée définitivement impropre à la baignade

« C’est totalement contradictoire avec toutes les mesures qui sont prises jusqu’à présent, comme le Plan algues vertes en baie de Douarnenez ou encore la directive nitrate qui vient de sortir », constate Jean Hascoët. « Tous les textes gouvernementaux disent qu’il faut arrêter d’augmenter la pression azotée sur notre territoire. Elle est en excès sur l’ensemble de l’Ouest Cornouaille et les services de la préfecture n’arrêtent pas de donner des avis favorables pour des augmentations de cheptel porcin », insiste le militant associatif. Pourtant chez les consommateurs, le bio a le vent en poupe et cette économie se porte bien. « On nous accuse de vouloir la mort des éleveurs mais c’est tout le contraire. Ce que l’on dit, c’est que l’agriculture doit respecter l’environnement et il y a un certain nombre d’agriculteurs qui commencent à le faire », assure Jean Hascoët.

Arrêt des travaux à Plovan

À Plovan, une autre affaire est allée jusqu’au tribunal administratif. Les travaux d’extension de la SARL de la Vallée, projet industriel porcin, avaient suscité la colère des opposants qui avaient déposé des recours en justice. Le tribunal administratif de Rennes a ordonné l’arrêt des travaux le 16 novembre 2018. « Nous constatons déjà une eutrophisation (NDLR : déséquilibre provoqué par l’augmentation de la concentration d’azote et de phosphore) des étangs du Pays Bigouden, particulièrement en période de sécheresse », relate Jean-Michel Nicolas, du Collectif pour une alternative aux fermes usines en Bigoudénie. « Par ailleurs, nous avons été en contact avec les pécheurs de tellines et ils signalent une importante diminution des coquillages en Baie d’Audierne. Mais attention, nous n’avons rien contre les exploitants. C’est le mode de production qu’il faut revoir », complète-t-il.

Voir en ligne : https://www.letelegramme.fr/finiste...

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Agenda
SPIP | Se connecter | Suivre la vie du site RSS 2.0