Qui sommes-nous? Cap-Sizun Douarnenez Pont-l'Abbé Quimper Briec Chateaulin Crozon Fouesnant Concarneau Quimperlé Ailleurs... Contact
Cornouaille Écologie
Semences paysannes. Une soirée-débat pour retrouver les bons réflexes
24/4/2019
jeudi 25 avril 2019 19:00
mis en ligne le 24/04/19 par Reunig Kozh

Dans le cadre de la campagne « Graines d’une Bretagne d’avenir », qui encourage la culture de semences « reproductibles et libres de droit face aux multinationales », une dédicace puis une conférence sont organisées ce jeudi (1). Les maraîchers sont en premier lieu visés, mais les jardiniers amateurs également, plus qu’ils ne le pensent.

« Les semences ont été confisquées par l’agro-industrie, au travers d’un catalogue qui est l’antithèse de la biodiversité », assène Pierre Crampon, membre des Palais de Cornouaille Slow Food. Avec d’autres associations, dont Minga (2), il ne désespère pas de réveiller les consciences. La conférence de ce jeudi s’inscrit dans cette droite ligne. Cette « confiscation » étoufferait à petit feu la biodiversité. « Cela aboutit à une standardisation de la production. Chez un maraîcher de l’Aven ou du Sud de la France, on a les mêmes légumes. Les semences de terroir ont quasiment disparu. Nous avons oublié les légumes qui étaient dans les jardins de nos grands-parents », déplore à son tour Arthur Capdeville, maraîcher de Pont-Aven. Il cite l’exemple du melon petit gris de Rennes qui a failli disparaître « car il n’est pas adapté à un circuit long. Sur un marché de proximité, il peut connaître un développement important ». Les tomates cœur-de-bœuf ou le chou de Douarnenez sont d’autres rescapés de justesse.

« Convaincre les jardiniers amateurs »

Plutôt que de céder à la sinistrose, un groupe de maraîchers est en train de se constituer « pour se réapproprier les semences. Les paysans ont été dépossédés de l’idée même de refaire leurs propres graines, au point qu’ils ont peur de s’y remettre », souligne Emmanuel Antoine, membre de l’association Minga.
Pour promouvoir un retour à des pratiques autrefois naturelles de prélèvement de graines pour réensemencer les champs l’année suivante, une campagne, baptisée « Graines d’une Bretagne d’avenir », a été lancée.

Les maraîchers ne sont pas les seuls ciblés : « Il faut convaincre les jardiniers amateurs à se saisir de ce type d’enjeu. Il leur faut retrouver la capacité à produire leurs propres semences, et à les faire co-évoluer en fonction du climat ».

Les valeurs gustatives des semences locales

Les membres de l’association Palais de Cornouaille Slow Food acquiescent : « Les plantes se reproduisent dans un biotope. Les semences industrielles sont souvent livrées avec un pack de traitement chimique pour qu’elles puissent survivre », reprend Pierre Crampon, qui loue à l’inverse les valeurs gustatives des semences locales qui ont d’ailleurs conduit des restaurants gastronomiques à s’en saisir.

Après avoir défendu la filière du porc blanc de l’Ouest et la telline, Slow Food s’empare donc de la défense des graines paysannes et entrevoit déjà une manifestation sur ce thème, incluant une visite d’exploitation. En attendant, ils promeuvent eux aussi le petit livre « Graines d’une Bretagne d’avenir », dont l’un des coauteurs, Jean-Luc Brault, membre du syndicat des artisans semenciers, sera en dédicace ce jeudi, de 17 h à 18 h, à la Librairies & Curiosités.

(1) Soirée-débat ce jeudi, à 19 h, à Ti Ar Vro, rue Jean-Jaurès. Entrée libre.(2) L’association Minga existe depuis 1995 et regroupe des structures professionnelles qui s’emparent des problématiques de société, en les articulant notamment aux positions écologiques.

Voir en ligne : https://www.letelegramme.fr/finiste...

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Agenda
SPIP | Se connecter | Suivre la vie du site RSS 2.0