Qui sommes-nous? Cap-Sizun Douarnenez Pont-l'Abbé Quimper Briec Chateaulin Crozon Fouesnant Concarneau Quimperlé Ailleurs... Contact
Cornouaille Écologie
Un bio sapin pour Noël
Le Télégramme 5 déc 2019
mis en ligne le 05/12/19 par Reunig Kozh

À Briec, le sapin Glazik s’apprête à décrocher sa certification bio. Une démarche rare portée par Cécile et David Le Ferrec, deux amoureux de la nature.

Entre Quimper et Briec, la petite production de sapins de Noël bannit engrais chimiques, pesticides et autres herbicides. Une démarche naturelle pour Cécile et David Le Ferrec, conseillers forestiers. La sapinière familiale lancée en 2011 se développe au rythme de la nature. « Nous produisons en méthode bio », explique David Le Ferrec, dans l’attente d’une certification que ses arbres de Noël arboreront en décembre 2020, trois ans après le lancement de la démarche auprès d’Ecocert.

« À notre connaissance, nous sommes les seuls en Bretagne », poursuit le producteur, sur le pont depuis quelques jours pour préparer la courte saison du sapin de Noël. Une période de coupes et de ventes concentrée pour l’essentiel sur les deux premiers week-ends de décembre.

3 000 arbres par an à terme

Rachetée en 2003 par le couple, la ferme de Kerlay revit au rythme des plantations. Rapidement, les ronciers ont fait place à des haires bocagères et aux premiers plants de sapin : Nordmann, Nobilis, et autres Épicéas. « Les premiers ont été vendus en décembre 2016. À peine quelques dizaines », se rappelle David Le Ferrec.

Cette année, l’objectif du couple est de commercialiser entre 1 500 et 2 000 arbres de Noël. Des sapins écoulés en vente directe auprès de particuliers, d’écoles ou de comités d’entreprise. « Nous atteindrons notre vitesse de croisière dans trois ans à 2 500 voire 3 000 sapins », prédit le producteur. Pas davantage compte tenu de la méthode de culture. Elle limite à 6 000 le nombre d’arbres par hectare, contre 10 000 dans le cadre d’une production conventionnelle. De quoi dégager un demi-salaire au couple.

Onze ans pour grandir

Les deux à trois hectares de l’exploitation ne représentent d’ailleurs qu’une goutte d’eau au regard des quelque 800 ha de sapinières recensées dans le seul département du Finistère. Particulièrement au rythme d’une production biologique.

Et pour cause, devant la maison de pierre, les Nordmann qui commenceront à être commercialisés en 2030 mesurent moins de 3 cm. Issus de la pépinière de l’exploitation où chaque plant est créé à partir d’une graine, les sapins décorés cet hiver auront mis onze ans à grandir. Un cycle et un choix de méthode de production expliqué aux visiteurs de la sapinière. Le prix du sapin, lui, est « conventionnel ».

Voir en ligne : https://www.letelegramme.fr/finiste...

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Se connecter
Votre message

Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Agenda
SPIP | Se connecter | Suivre la vie du site RSS 2.0